De Keith Ablow.

Des personnages tous négatifs à part les secondaires.keith-ablow

Même le narrateur, psychiatre de son état, cocaïnomane, cauchemarde en permanence suite à une enfance douloureuse due à un père violent.

La plupart des protagonistes appartient au cadre du milieu médical.

Le corps atrocement mutilé d’une femme
près duquel a été trouvé un SDF tâché de sang.

La principale du commissariat, carriériste, veut boucler l’enquête à tout prix car elle vise le poste de commissaire et brigue la Mairie. C’est dire si la série d’assassinats qui s’abat sur la ville fait de l’ombre à sa carrière. Tous les coups bas sont permis pour tirer à soi la couverture.

« L’amour à mort », lu d’une traite en suant de temps en temps.

Alain.

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>