De Minette Walters.

Un seul cadavre, quatre coupables potentiels.lame de fond

Le style fait le reste.

Très bien écrit, multipliant les fausses pistes, nous sommes tenus en haleine jusqu’à la fin.

Tous les personnages, même les secondaires sont disséqués et leurs grands travers sont étalés à la face du lecteur.

Le flegme et le professionnalisme des enquêteurs trouvent eux grâce aux yeux de l’auteur.

Un travail d’orfèvre, bien loin du San Antonio  » Tire m’en deux, c’est pour offrir » que j’ai lu par la suite et qui m’a bien déçu.

Par respect pour cet auteur que j’aime bien, je ne m’étendrai sur cet épisode plus alimentaire qu’artistique.

Alain

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>