artifceAvant-hier, premier jour de deuil national.
Je suis en train de préparer le repas, la télé allumée sur l’imposante et affreuse information qui inonde toutes les chaînes depuis le weekend du 14 juillet.
S’enchainent les témoignages des Niçois et de tous ceux qui étaient là, qui ont vu ce putain de camion comme dirait Renaud lâchement mettre à mort des innocents.

Sur les cadavres encore chauds, ces mêmes témoins secoués mais vivants, balancent un « il faut continuer à vivre » aux journalistes.
Ah ? Même là tu peux pas oublier trente secondes ton petit nombril ???

Hier soir, deuxième soir de deuil national.
23H00
Je suis dans mon lit en train de regarder une ânerie de plus à la télé quand soudain j’entends péter un truc au dehors. Puis ça pète à nouveau avec une certaine régularité.
Bordel ! Ils ont osé !
Un feu d’artifice dans le village voisin.

Le narcissisme est d’une totale indécence.
Alors je m’interroge : la peur de notre propre mort nous rendrait à ce point égoïste ?
Prendre des poussières de vie, amasser le plus possible, dévorer l’existence avec frénésie, repousser l’échéance comme on peut tant qu’on a la chance d’être là.

La douleur oui, mais préservons nous quand même, nous n’avons qu’une seule vie.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>